RECHERCHER

Rechercher dans ce Blog

mercredi 5 octobre 2016

LA BOURSE DE SAINTOYAND

Une des chasses MSN par Max Valentin :


Logo des chasses MSN

En 1996, Microsoft lance MSN (The Microsoft Network). La France est également concernée et pour attirer les internautes nationaux, MSN France offre une grande quantité de « contenus à valeur ajoutée », et parmi eux des chasses au trésor. Pour les écrire, MSN s’adresse à Max Valentin, auteur de la célèbre Chouette d’Or et lui commande 5 mini-chasses conçues pour mettre en valeur ses produits Internet. Un site spécifique, dénommé « Cryptique », est mis en place.

Comme l'a précisé Max Valentin avec humour : "Avant que le grand Bill ne décide d'arrêter MSN, le site Cryptique, sur lequel Microsoft France diffusait de petites chasses, réalisées par mes soins et réservées à ses abonnés, était de très loin le site de Microsoft le plus visité de France !"

Quatre chasses seulement furent mises en ligne, dans l'ordre : Le Testament de Florence B,  La Bourse de Saintoyand, Une histoire d’Histoire et Un Trésor venu du futur.


 La dernière intitulée "Le Défi" qui est en projet ici => KICKSTARTER n'est "jamais" sortie.




 Les contremarques étaient de petites bourses en cuir contenant quelques napoléons à titre d’échantillons du trésor, comme le montre la photo ci-dessous lors de la découverte de la Bourse de Saintoyand par le chercheur Monglane :




Epilogue :

Vendredi 11 avril 1997, au petit matin. Des nappes de brouillard paraissent à la surface des étangs tandis que les champs, les bois et les villages semblent encore endormis. Après deux ou trois heures de route, Monglane et son compère entrent dans la forêt de Beaulieu, à la lisière de Passant-en-Argonne.

À trente mètres sur la droite, le petit chemin forestier indiqué sur la carte est bien là. Quelques minutes de marche et la fameuse Croix de l'Architecte apparaît alors sur la gauche du sentier.

Aucune difficulté pour identifier l'arbre de Rifke, à cinq grands pas à droite, dos au chemin.

Entre ses racines, ils remarquent instinctivement un amoncellement de feuilles plus ou moins mortes : C'est bon signe.

Prudemment, leurs mains écartent la terre et soudain, un morceau d'étoffe grisâtre annonce la victoire. La "Bourse de Saintoyand"et les pièces d'or qu'elle contient illuminent immédiatement leurs regards : Le trésor leur appartient !


Cette deuxième chasse de Max Valentin sur MSN fut mise en ligne fin février 1997. Le matériel fourni aux chasseurs comprenait la fiction introductive destinée à situer l’action (et à introduire plusieurs fausses pistes), et le « carnet de voyage » crypté de Louis Saintoyand.

Le site incluait également une « machine logique » permettant aux chasseurs de saisir leurs réponses ( les 10 villes composant le périple de Louis Saintoyand).

Cette chasse présentait l’originalité de dévoiler l’emplacement exact de la cache, la nature du repère (une croix) et la mesure à prendre sur le terrain pour y accéder.

 Il suffisait juste de localiser cette croix !


1. La fiction

Tout ce que mon enquête me permit d’apprendre au sujet de ce personnage, c’est qu’il s’appelait Rifke, qu’il était né à Hanovre en 1847 et demeurait 491 avenue de Versailles à Paris. Le jour de la déclaration de guerre, il quitta la capitale française et s’installa dans un garni, 80 boulevard du Midi à Bruxelles. C’est là que, deux semaines plus tard, il se suicida en se pendant à une espagnolette, laissant sur une table trois mille francs qu’il léguait à la Croix Rouge belge. À sa manière, ce francophile fut happé par la tourmente de la Grande Guerre.
Mais avant d’aller plus loin, il faut que je relate les circonstances dans lesquelles je suis entré en possession de la lettre (ou plutôt du fragment de lettre) que cet homme avait écrite, dans un français hésitant, et qu’il avait offerte à un ami de rencontre, Louis Saintoyand, avant de quitter Paris. Saintoyand, un homme d’une cinquantaine d’années, était marchand d’étoffes de son état. Les deux hommes avaient fait connaissance dans une brasserie du quinzième arrondissement, et avaient sympathisé.

Oh, bien sûr, j’avais déjà entendu parler de ces fameuses « lettres de Jérusalem », vastes escroqueries dont furent victimes, depuis l’époque des Croisades, des milliers de naïfs mus par la cupidité. C’est en utilisant ce stratagème que d’astucieux faussaires, prétextant un pressant besoin d’argent ou une impossibilité de se déplacer, appâtaient des gobe-mouches à la cervelle aussi creuse que leur bourse était rebondie, et proposaient de leur vendre le plan d’un trésor fantaisiste !... Mais là, il ne s’agissait sûrement pas d’un faux: ce Rifke, en effet, n’avait pas vendu son plan à Saintoyand, mais le lui avait donné sans contrepartie, ce qui laisse supposer qu’il était honnête et que ce trésor existait vraiment.
Je ne possède pas l’intégralité de cette fameuse lettre, et je pense que, par prudence, Louis Saintoyand l’a détruite... Mais j’ai réussi à mettre la main sur les carnets de voyage de ce dernier, et parmi ses notes figure le fameux fragment qu’il avait conservé. Ce papier indique l’emplacement de la bourse cachée par Rifke, bourse qui contient soixante pièces d’or.

Voici ce que dit ce fragment :
« (...) de cette croix, il faut marcher cinq grands pas vers l’arbre qui se trouve sur son côté droit quand on a le dos au chemin. J’ai mis le petit sac avec les pièces d’or derrière dans un trou entre ses racines, et j’ai bien bouché avec de la terre. »

Hélas, comme on le voit, si ce fragment parle avec précision d’une croix et d’un arbre, il ne révèle rien de la région où ils se trouvent. Cette description pourrait donc concerner des centaines, voire des milliers d’endroits en France... En revanche, il doit être possible de reconstituer le périple de Louis Saintoyand à l’aide de son journal de voyage. Je suppose que l’homme attendit que ses pérégrinations commerciales l’amènent non loin du site où cette bourse était cachée. Et il la trouva ! Que se passa-t-il ensuite ? Nul ne sait. Toujours est-il que Saintoyand remit la bourse dans son trou, certainement avec l’intention de la récupérer plus tard.

Évidemment, les étapes de son voyage ne sont pas directement compréhensibles. Prudent—on le comprend—, l’homme resta sibyllin. J’avoue avoir été incapable de reconstituer son parcours qui le mena, muni de ses coupons de tissus, de ville en ville, de drapiers en boutiques de tailleurs, de braderies en foires et en marchés... Mais je suis sûr d’une chose : Saintoyand ne retourna jamais sur les lieux, car il mourut de congestion quelques semaines plus tard, dans un hôpital de Rennes. Voici, fidèlement retranscrit, le contenu du journal de voyage de Louis Saintoyand entre le jour où Rifke lui offrit son plan, et celui où il découvrit le trésor.


2. Le carnet de voyage de Louis Saintoyand

P.                                                                    Texte
1En discutant avec un client, j’ai appris qu’un homme ayant usurpé l’identité d’un grand personnage qui a tenu l’empire de Grèce pendant un an et treize jours, fut arrêté par Everard de Cassenay puis pendu dans la ville que je viens de quitter. Suis resté un jour sur place. Temps maussade. Bonnes ventes.
2Arrivé dans cette ville qui a hébergé un capitaine, inspirateur d’un vieux dicton local : « Ma fille, ne passe pas les rivières. Sans quoi sous ta cotte, les étrivières ». Suis resté un jour sur place. Temps doux mais couvert. Ventes moyennes.
3Ai passé deux jours chez ma mère. Repos.
4À nouveau en route. Dans ce qui allait devenir les faubourgs de cette ville, un laboureur a trouvé en 1746 un coffret de fer contenant trois statuettes en bronze représentant Mars, Pallas et Hercule. Suis resté un jour. Beau temps, bonnes ventes.
5Arrivé dans cette ville, me suis promené entre la Fontaine d’Adam et Ève et la Maison des Consuls. Suis resté un jour. Beau temps, marché pas très animé mais bonnes ventes.
6En route pour cette ville qui possédait une tour dont une porte était surmontée d’un serpent ailé et doré, détruite en 1622. Suis resté deux jours. Beau temps, ventes moyennes.
7Ai reçu une lettre de ma mère et suis allé la voir. Ai passé deux jours en sa compagnie. Ni sa santé ni son moral ne sont bons. Je crains qu’elle nous quitte bientôt pour le petit cimetière où, depuis toujours, les Saintoyand trouvent le repos éternel. Quelle tristesse !
8Ai repris la route. Ai passé un jour dans cette ville où un chapiteau montre un ange chassant Adam du paradis terrestre en le tirant par la barbe. Mais Adam, estimant n’être pas seul coupable, agrippe Ève par les cheveux pour l’entraîner avec lui dans la déchéance. Beaucoup d’effervescence dans les rues, beaucoup de nervosité. Temps chaud. Ventes médiocres.
9Arrivé dans cette ville où fut signée une trêve fatale à Olivier de Clisson, mais bénéfique à Jean de Montfort. Suis resté un jour. Beau temps. Vu un drapier et deux tailleurs. Très grande nervosité. Les gens sont soit exaltés, soit abattus. Ventes médiocres.
10Suis dans la région depuis sept jours, et n’ai rien pu faire. Mais aujourd’hui 19 septembre à dix heures, j’ai enfin pu me rendre sur place et j’ai trouvé la croix, l’arbre et la bourse ! C’était de la folie, et je l’ai laissée dans son trou, que j’ai bien rebouché. Je prends quelques minutes pour rédiger ces lignes. Depuis ma rencontre avec Rifke (je pense souvent à lui et me demande ce qu’il est devenu), j’ai parcouru de grandes distances, parfois dans des conditions difficiles... J’ai hâte de revoir ma mère. Que ne suis-je un oiseau: à la vitesse moyenne d’un pigeon voyageur, il ne me faudrait guère que six heures et quarante minutes pour la retrouver. Elle doit avoir bien besoin de moi. Y arriverai-je ? Dieu seul le sait.




3. Reconstitution chronologique des voyages de Saintoyand (août-septembre 1914)

Juillet (?) 1914 Rifke et Saintoyand sont à Paris.
3 août L’Allemagne déclare la guerre à la France. Rifke quitte Paris pour Bruxelles.
17 août Rifke se suicide à Bruxelles.
1er septembre Saintoyand vient de quitter Lille.
2 septembre Saintoyand arrive à Avallon.
3-4 septembre Repos chez sa mère, à Saint-Claude.
5 septembre Saintoyand est à Louhans.
6 septembre Saintoyand est à Riom.
7-8 septembre Saintoyand est à Lusignan.
9-10 septembre Repos chez sa mère, à Saint-Claude.
11 septembre Saintoyand est à Clermont-Ferrand.
12 septembre Saintoyand est à Malestroit.
13 septembre Saintoyand arrive « dans la région » mais ne « peut rien faire ».
19 septembre Saintoyand « peut enfin se rendre sur place » et découvre le trésor à 10 heures.


 4. Solution officielle

Voici un résumé rapide des solutions de La Bourse de Saintoyand, écrites par Max Valentin et mises en ligne sur MSN après la découverte du trésor.

Le personnage de Rifke a réellement existé, et il est mort dans les circonstances décrites très exactement dans le récit.

1ère étape :

Le grand personnage est le comte Baudouin de Flandre, et son usurpateur est Bertrand de Rais. Ce dernier fut pendu devant la Halle échevinale de Lille.

2ème étape :

Avallon, dont le commandement fut confié par le roi Charles VII à Jacques d’Épailly, dit « capitaine Fort-Epice ». A la tête de deux cents Nivernais, l’homme se révéla être un couard et un goujat. Les habitants d’Avallon interdirent longtemps à leurs filles d’épouser des Nivernais, d’où ce dicton.

3ème étape :

« Saintoyand » est l’ancien nom des habitants de St Claude, dans le Jura. L’indication principale quant à la localisation de cette étape était donnée par l’allusion, dans le récit, au cimetière.

4ème étape : Louhans.

5ème étape : Riom.

6ème étape : Lusignan. La tour était la Tour de Mélusine.

7ème étape : Saint-Claude.

8ème étape : Église Notre-Dame-du-Port à Clermont-Ferrand.

9ème étape : Malestroit, dans le Morbihan. C’est là que fut signé le Traité de Malestroit entre Philippe VI de Valois et Édouard III d’Angleterre, en janvier 1343.

10ème étape : Le trésor se trouvait dans la forêt de Beaulieu, au sud-est de Sainte-Menehould, à quelques centaines de mètres au-dessus de l’Ermitage de Rouin. L’arbre qui cachait la bourse se trouvait à cinq mètres à droite de la « Croix de l’Architecte ».
Cette croix marque l’endroit où, jadis, les moines accompagnaient un ermite après l’office religieux, ermite qui s’enfonçait alors dans la forêt. De tout temps, cette croix était en bois, et on la remplaçait lorsqu’elle elle était pourrie. Dans les années soixante, on récupéra dans la région une croix en matériau solide et on décida de la planter définitivement à cet endroit. Elle figure nommément sur les cartes IGN de la région.

C’est dans cette région qu’entre le 12 et le 18 septembre 1914, une contre-offensive alliée à repoussé les lignes allemandes, rendant possible l’accès. Saintoyand veut retourner à Saint-Claude, qui se trouve à 300 km de la forêt domaniale de Beaulieu.

La vitesse moyenne d’un pigeon voyageur est de 45 km/h. Cette précision permet d’avoir confirmation de la localisation de cette forêt, à l’extrême sud de la forêt d’Argonne.

Après avoir répondu correctement, le joueur obtenait une question sur son écran : « À vol d’oiseau, combien de kilomètres ont été parcourus par Louis Saintoyand depuis sa rencontre avec Rifke et jusqu’à la découverte de la bourse ? » Évidemment, le périple ne commençait pas à Lille (première ville), mais bien à Paris ou Saintoyand a rencontré Rifke, et se poursuivait par Lille, Avallon, St Claude, Louhans, Riom, Lusignan, St Claude, Clermont-Ferrand, Malestroit et la forêt de Beaulieu.

Le total se situait entre 2882 km et 2915 km selon que les joueurs prenaient leurs mesures en tenant compte des périphéries urbaines ou, au contraire, des centres-villes. Il était donc logique de leur octroyer cette marge, et toute réponse se situant entre 2880 km et 2920 km était acceptée.

Si la réponse était fausse (au-dessus ou en dessous de cette fourchette), le message suivant s'affichait :

« Désolé, ce n’est pas la réponse attendue...! »

Si la réponse était juste, c'est ce message que le joueur recevait :

« Bravo, c’est exact ! Avouez que Rifke avait découvert un joli endroit pour y cacher un trésor !... Maintenant à vous de faire les dernières déductions et d’aller le chercher ! »


Le « joli endroit » était bien sûr un petit clin d’œil à la forêt de Beaulieu-en-Argonne (« Beau lieu »).

Extrait de la carte IGN 3013E avec l'emplacement de la Croix de l'Architecte

Vue aérienne de l'emplacement de la Croix de l'Architecte

 
 
Toutes les chasses MSN :

| Le Testament de Florence B. | Une histoire d’Histoire | Un Trésor venu du futur | Le Défi |



Image





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Smileys à copier-coller :

😭 😢 😂 😜 😆 😄 😊 😉 😥 😘 👯 ⛄️ 😇 😋 😈 🎯

☻ ♥ ❤️ 💘 👌 ➽ ♫☟😎 🎥 🎂 🌛 👏 🐢 🎼 🎤 😻 🙌 🙊 🏃💋

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.